CLICK & COLLECT du lundi au vendredi !

Comment s’habiller pour le ski de rando ?


Le ski de randonnée demande un effort important lors de la montée et dès les premières minutes votre corps va produire de la chaleur. Il faut pouvoir adapter facilement au fil de la randonnée le nombre de couches sur votre corps.
Ces couches de vêtements doivent être respirantes, c'est pourquoi on proscrit les tenues de ski alpin avec doublure thermique. 

Accessoires, vestes et pantalons de ski de rando, voici tous nos conseil pour bien vous habiller ! 


Quels hauts pour le ski de rando ?


Par défaut, l’empilement des couches pour le haut du corps se décompose ainsi :


Première couche à même la peau : sous vêtement technique, fibre synthétique avec ou sans compression, laine mais jamais de coton. 


Deuxième couche : duvet synthétique ou naturel, polaire, on empile suivant son niveau de frilosité mais toujours pas de coton. N'oubliez pas qu’il faudra pouvoir le mettre dans le sac dès que vous aurez trop chaud, cette couche doit donc être compacte.


Troisième couche : la veste de ski de randonnée ! Elle peut être une veste imperméable et respirante (laminé en 2 ou 3 couches) sans doublure thermique intégrée. Elle agit littéralement comme une carrosserie pour bloquer la pluie, la neige et le vent. Du coup elle va vous protéger du froid en amplifiant le pouvoir thermique de votre sous-vêtement et de votre deuxième couche.  





Quel sous-vêtement technique ?


Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le coton est à bannir de toutes activités sportives. Il s’agit d’un tissu qui n’évacue pas l’humidité, bien au contraire, il va la maintenir sous vos couches thermiques. C’est pourquoi, on vous recommande d’utiliser un sous-vêtement technique synthétique ou en laine de mérinos qui sont des textiles respirants. 


Sous-vêtement synthétique : il est respirant et ne gratte pas. Il va communiquer avec les couches supérieures pour diffuser votre transpiration vers l’extérieur. Une exception est faite aux produits X-Bionic qui ont de canaux respirants aux zones les plus sensibles à la transpiration afin de réguler chaleur et effort. Ce tissu vous permet également un bon maintien musculaire pour une meilleure récupération après l’activité. 


Sous-vêtement en laine de mérinos : ce sous-vêtement a la particularité d’être antibactérien et anti-odeur. Selon les grammages, il vous apportera plus ou moins de chaleur tout en étant respirant. 
Exemples : Icebreaker, Reda ou Kari-traa

Quelle deuxième couche thermique ?


Cette couche vous apportera la chaleur nécessaire lors de votre descente. En effet, à la montée, durant l’effort, la première couche peut être suffisante selon la température extérieure. 
Pour l’apport de chaleur vous pouvez utiliser 3 types de textiles. Il est indispensable qu’ils soient respirants. 


Une polaire : tout le monde détient une polaire dans son placard, mais pour la randonnée il faut une polaire respirante pour ne pas trop transpirer et pas trop volumineuse car Il faudra pouvoir la mettre dans son sac à dos à la montée.
Exemple : Polartec

Un duvet : le duvet peut être naturel ou synthétique. Tous deux ont l’avantage d’être hautement compressible dans votre sac. Vous pouvez le combiner avec une polaire en cas de grand froid. Le duvet synthétique a pour avantage d’être plus respirant et plus facile d’entretien alors que le duvet naturel sera plus chaud encore.
Exemples : Primaloft, Pertex, Thinsulate,Thermosoft

Il est possible de superposer ces couches pour un apport de chaleur plus important si besoin.


Une veste softshell : non seulement il vous protégera du froid mais il sera également coupe-vent et déperlant. Il est le plus adapté à la pratique du ski de randonnée pour les journées de beau temps. La veste softshell peut également être utilisée en dernière couche s’il ne neige pas.

Quelle troisième couche protectrice ?


Cette veste vous protégera contre les intempéries. Il s’agit des vestes de type Gore-Tex, Dermizax, Futurelight. Elle n’a pas pour vocation un apport de chaleur mais une protection contre la pluie ou la neige et vous coupera du vent. Elle permet également de garder la chaleur que vous apporte votre deuxième couche. Vous pouvez la comparer à une carrosserie ou une carapace.  En cas de journée grise ou venteuse vous pourrez porter votre membrane aussi bien à la montée qu’à la descente. 

La veste protectrice la plus répandue est la veste 3 couches (ou 3L pour « 3 layers » en anglais) qui possède une membrane imperméable et respirante prise en sandwich entre le tissu extérieur et une couche interne. Il existe également des constructions en 2 couches ou 2,5 couches (2L : tissu extérieur + membrane et 2,5L : tissu extérieur + membrane + filet de protection intérieur).

Pour bien entretenir votre veste membrane, consultez notre guide. Il vous permettra de conserver toutes les capacités protectrices de votre veste dans le temps.


On vous conseille enfin de choisir votre veste de protection en étudiant les petits détails qui font la différence :

- Des zips de ventilation à ouvrir facilement lorsque votre corps commence à surchauffer pour éviter d’avoir à vous arrêter pour enlever votre veste.


- Des renforts aux épaules pour porter votre sac de ski randonnée (parfois un peu lourd !) sans abîmer votre veste.


- Une capuche plus protectrice qu’un bonnet ou bandeau, elle devra être soit suffisamment grande pour pouvoir se porter par-dessus votre casque de ski de randonnée pour une protection optimale.


- De grandes poches placées sur la face avant de votre veste pour y glisser barres énergétiques ou des gants par exemple. Les poches positionnées haut sur les vestes restent accessibles malgré le port d’un sac voire d’un baudrier.


Par beau temps vous pouvez utiliser également une veste softshell qui par son côté coupe-vent vous protégera du froid. 

En conclusion : 

La première couche vous apportera maintien et confort, la deuxième couche principalement dédiée à l’apport de chaleur, c'est pourquoi vous pouvez la doubler (polaire + duvet) en cas de température extrême. Dernière couche, imperméable et coupe-vent.

Il est important que toutes les couches soient respirantes, ce qui permet à la transpiration d’être évacuée sans avoir cette sensation de serviette mouillée.
Pour résumer, à la montée il vous suffit de porter votre sous-vêtement technique et votre membrane si le temps est frais. A la descente, il faudra un apport de chaleur plus important, sous-vêtement technique + polaire ou duvet (voire polaire + duvet) + membrane. N'ayez crainte en sortant de la voiture d’avoir froid. A l’effort vous allez très vite avoir chaud et vous voudrez enlever des couches. En partant léger vous gagnerez en efficacité. Ceci est valable autant pour le haut que pour le bas. 



Votre pantalon de ski de randonnée


Là encore l’objectif n’est pas d’être en surchauffe à peine la sortie démarrée. Contrairement au haut du corps on évite généralement l’usage de plusieurs couches pour votre pantalon de ski de randonnée. L’usage de sous-vêtements thermiques reste réservé aux conditions extrêmes. Une seule couche d’accord, mais laquelle ?


Les pantalons en softshell

Ces pantalons en softshell sont parfaitement adaptés à la pratique du ski de randonnée car leur souplesse et leur légèreté offre une grande liberté de mouvement tout en permettant une excellente respirabilité et une bonne protection contre le vent. Ils sont également plus économiques que les pantalons avec membranes.
Il vous apportera de la chaleur, un effet déperlant et coupe-vent. Ce pantalon non-imperméable est à réserver pour les sorties sans risque de pluie ou neige mouillée. Vous pourrez également l’utiliser pour toutes vos sorties en montagnes telles que les raquettes, la randonnée pédestre ou encore le ski nordique. Vous pourrez le porter en toute saison sans avoir à le combiner avec un collant thermique.


Les pantalons en hardshell

Les pantalons 3 couches avec membrane intégrée assurent une meilleure protection extérieure contre l’humidité, le vent ou en cas de chute à la descente ! Ils compensent généralement leur moins bonne respirabilité pas des ouvertures.
Ce pantalon est non-doublé et peut être complété par un sous-vêtement thermique pour les journées les plus fraîches. Ce pantalon peut également être utilisé lors de vos sorties en ski alpin.


Les équipements appréciables de votre pantalon :


- Des zips de ventilation à ouvrir lors de la montée, indispensables puisque vous ne pourrez enlever votre unique couche contrairement au haut du corps.


- Des genoux préformés utiles lors de passages difficiles en alpinisme, ils permettent également une grande liberté de mouvement.


- Des guêtres intégrées et soufflets pour ajuster parfaitement vos bas de pantalon aux chaussures de ski de rando généralement plus fines que les chaussures de ski alpin. La neige et le vent ne passeront pas !


- Des renforts des bas de jambe pour protéger votre pantalon d’éventuels coups de carres ou de crampons.

Les accessoires pour le ski de randonnée


Vous êtes déjà bien équipés, mais vous verrez que certains équipements n’ont rien d’« accessoires » !


Les gants

A la montée les gants de ski de rando doivent être particulièrement souples pour permettre de bien tenir vos bâtons mais également de réaliser certaines manipulations avec vos peaux, voire vos crampons ou votre piolet. On privilégiera donc des gants en softshell à la fois souples et respirants. Pour les frileux, il est possible de compléter votre équipement avec une paire de sous-gants.

A la descente, on vous conseille de prendre une deuxième paire de gants plus chaude et protectrice ou bien une paire de moufles à ajouter par-dessus vos gants de montée.



Le tour de cou

Léger et polyvalent, il est le meilleur compagnon des skieurs de randonnée. Le tour de cou en ski de rando protège votre gorge mais peut également être utilisé en bandeau ou en cache-nez.


Le casque :

N’attendez pas la première frayeur pour faire le choix de la sécurité et de vous équiper d’un casque en ski de randonnée ! Le ski de randonnée c’est à la fois les risques de la montagne (chutes de pierres…) et les risques liés à la pratique du ski freeride (rochers, arbres, neige bétonnée…). Les casques de ski de randonnée sont plus légers et respirants que les casques de ski alpin. Le casque pourra être complété par un bonnet ou sous-cagoule pour une meilleure isolation thermique. N’oubliez pas, il est important de protéger les extrémités de votre corps !


Masque ou lunettes de soleil ?

Pour nous ce sera masque ET lunettes ! En effet les lunettes de soleil sont parfaites à la montée, elles vous protègent parfaitement du soleil et disposent d’une bonne aération. On préfèrera changer pour un masque à la descente avec une meilleure protection et résistance en cas de chute. Et puis, vous ne risquez pas de le perdre dans la poudreuse !


Le sac à dos

Vous l‘avez compris au travers de ce guide, vous allez avoir besoin d’emmener avec vous un bon nombre d’équipements de ski de randonnée (en + d’un bon ravito !) pour profiter pleinement de la montée et de la descente dans de bonnes conditions. Il vous faut donc un bon sac ! 


Le sac de ski de rando :

Contrairement aux sacs classiques, le sac de ski de randonnée est conçu très spécialement pour cet usage :


- Des compartiments intérieurs conçus pour pelle et sonde. Votre pelle ne se balance plus dans le sac à chaque mouvement et vous pourrez trouver votre sonde immédiatement le jour où vous en aurez besoin !


- Une construction en toile résistante aux chocs (chutes, branches…) et aux frottements de carres.


- Un système de porte-skis latéral ou frontal


- Des systèmes d’accroches extérieurs spécifiques pour casque, piolet ou crampons 


- Un volume de 20 à 30 litres pour une sortie voire plus de 30 litres pour plusieurs jours.



Le sac airbag :

Le sac airbag intègre un système permettant à un ou plusieurs ballons de se gonfler rapidement pour vous maintenir à la surface d’avalanches et limiter les risques d’ensevelissement. Il a forcément un poids et un coût supérieur mais peut s’avérer vital une fois pris dans une avalanche.
Retrouvez ici notre guide pour choisir son sac airbag.